Vente de produits périmés : les autorités appellent les populations à la vigilance « la première chose à vérifier, c’est la date de péremption’’

0

Le Service départemental du commerce et des petites et moyennes entreprises (PME) de Mbour, a procédé lundi à l’incinération de 23 tonnes de produits prohibés pour un coût d’environ 54 millions de francs CFA.

L’incinération des denrées alimentaires, des produits de BTP (Bâtiment et travaux publics) de serviettes hygiéniques, etc, a eu lieu à Gandigal, en présence, entre autres, des autorités administratives, notamment le sous-préfet de l’arrondissement de Sindia, Ibrahima Ndiaye et de l’adjoint au chef de service régional du commerce et des petites et moyennes entreprises (PME) de Thiès, Mamadou Lamine Ndiaye.

Ce dernier a invité les populations et autres consommateurs à rester vigilants, car selon lui, ’’l’Etat ne pourra jamais mettre un contrôleur devant chaque commerçant et devant chaque industrie’’.

’’Nous invitons toutes les populations de la région de Thiès à redoubler de vigilance. Il y a des signes qui sont annonciateurs, pour un produit alimentaire, la première chose à vérifier, c’est la date de péremption’’, a-t-il expliqué.

Pour les autres produits, en cas de doute, les services déconcentrés du ministère du Commerce et des PME sont ouverts pour traiter toutes les réclamations, a indiqué M. Ndiaye.

Il a également invité les associations de consommateurs à sensibiliser davantage les populations sur le danger que représentent les produits qui ne sont pas en conformité avec la législation.

’’La plupart du temps, on se fie aux denrées de première nécessité, notamment les produits alimentaires, mais ça ne concerne pas qu’eux. Le même travail est effectué sur les autres produits tel que le fer à béton qui ne peut être incinéré’’, a-t-il précisé.

’’Rien que pour l’année 2021, on a saisi plus de 40 tonnes de fer à béton’’, a révélé Mamadou Lamine Ndiaye qui soutient qu’il s’agit d’un ’’contrôle permanent et régulier’’.

Il explique qu’il est ’’toujours urgent et primordial’’ de commencer le contrôle par les détaillants, ’’parce que c’est la boutique du détaillant qui te permet de remonter pour pouvoir toucher toute la filière, en passant par le demi-grossiste et le grossiste’’.

Le Sous-préfet de l’arrondissement de Sindia, Ibrahima Ndiaye, a lui aussi invité les autorités à renforcer les moyens des services du commerce et des PME.

Il a salué la vigilance des agents du service du commerce et des PME, qui ont mis la main sur les serviettes hygiéniques.

’’Il s’agit de produits prohibés, qui sont arrivés à expiration, mais, malgré tout cela, il y a des commerçants véreux qui n’hésitent pas à les commercialiser pour leurs seuls intérêts au détriment des populations dont la santé est gravement menacée’’, a dit le Sous-préfet.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.