Saly : « L’Etat veut lutter contre les comportements irresponsables » causes des accidents de la route

0

Le chef de la division Sécurité routière de la Direction générale des transports routiers a assuré, mercredi, que l’Etat est en train de renforcer son arsenal réglementaire et législatif pour ’’lutter fermement’’ contre ’’les comportements irresponsables’’ souvent à l’origine des nombreux accidents de la circulation.

 ’’L’Etat du Sénégal, à travers le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, est en train de de renforcer son arsenal réglementaire et législatif par l’actualisation des textes qui régissent les transports routiers, pour combattre, avec plus de fermeté, les comportements irresponsables’’, a-t-il notamment dit. 

Il s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest) dans le cadre d’un atelier de partage, de plaidoyer et de renforcement des capacités des autorités locales et administratives en matière de sécurité routière, à l’initiative de Partners West Africa Sénégal. 

’’La loi d’orientation des transports routiers de 2020 a matérialisé la création d’une structure autonome pluridisciplinaire de gestion de la sécurité routière qui devrait être accompagnée d’un vaste programme d’acquisition d’équipements et de matériels performants de sécurité routière, la professionnalisation des transporteurs, la modernisation du permis de conduire et le renouvellement du parc automobile’’, a fait savoir M. Ly. 

A l’en croire, ces réformes se concrétisent avec cette nouvelle loi qui interdit ’’formellement’’, l’importation de véhicules accidentés ou de toute transformation artisanale de véhicules destinés au transport de marchandises ou de passagers visant à augmenter les places assises. Il est aussi prévu l’interdiction d’importer des pneus usagés et le rechapage non contrôlé, le renforcement du contrôle routier avec le déploiement des brigades mixtes sur toute l’étendue du territoire national, le renforcement des effectifs des agents et fonctionnaires assermentés. 

’’Dans le nouveau code de la route, on a introduit un dispositif qui limite de 30 km la vitesse aux abords des établissements scolaires, hôpitaux et autres. La décennie 2021-2030 des Nations-Unies a l’ambition de réduire de 50% les décès liés aux accidents de la circulation d’ici à 2030″, a signalé Ousmane Ly. Il a rappelé que la semaine mondiale de la sécurité routière, qui se tient du 17 au 23 mai est axée sur la gestion de la vitesse par les décideurs politiques à travers la réglementation de 30 km par heure dans les villes et autour des zones où les piétons et les cyclistes se mêlent à la circulation.

 ’’Au-delà des souffrances humaines et sociales que provoquent les accidents de la circulation, il y a aussi des pertes socio-économiques à l’échelle nationale, touchant les ménages, les entreprises et l’Administration’’, a-t-il fait remarquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.