Port de Ndayane : Lancement des travaux d’ici le mois de juin prochain – une réunion d’information tenue autour de la question

0

Le projet du port de Ndayane a fait l’objet d’une réunion d’information, samedi, à Saly, entre la Direction générale du Port autonome de Dakar (Pad) et les populations de la zone d’implantation. Une occasion saisie par l’autorité portuaire, maître d’œuvre du projet, pour exposer le bien-fondé de cette infrastructure majeure. Objectif : son appropriation locale avant le lancement des travaux d’ici le mois de juin prochain.

En attendant le démarrage des travaux, la Direction générale du Pad, maître d’œuvre du projet, a initié une série de rencontres avec les populations locales afin de mieux les imprégner des enjeux de cette infrastructure et des avantages qu’elle pourrait leur procurer. En effet, certains nourrissent des inquiétudes sur les conséquences environnementales et sociales que pourrait avoir cette méga-structure au niveau local.  C’est tout le sens de la réunion d’informations tenue, samedi, à Saly, avec les autorités administratives et coutumières, les élus locaux, les représentants des femmes, des jeunes des localités de Yenne, Toubab Dialaw, Ndayane et Diass, informe un communiqué.

Lors des échanges, le Directeur du Port autonome de Dakar, Aboubacar Sédikh Bèye, après que le Président du Conseil d’administration du Port, Moussa Sy, a campé le sujet, est revenu sur la pertinence du projet qui va permettre au Sénégal de se doter, pour la première fois de son histoire, d’un port en eau profonde de 4ème génération et d’une zone industrielle portuaire qui va s’ouvrir sur la Cedeao et servir les économies de l’Afrique de l’Ouest.  « Le Sénégal projette de se positionner pour prendre une longueur d’avance dans la concurrence sous-régionale, créer des milliers d’emplois pour les jeunes dans le secteur maritime et logistique et contribuer à la transformation structurelle de notre économie », a-t-il souligné.

La première phase comprendra l’aménagement d’un terminal à conteneurs sur 300 hectares, un chenal maritime de cinq kilomètres et la construction d’un quai de 840 mètres d’une profondeur de 18 mètres dimensionné pour accueillir des navires de 366 mètres de long. La deuxième phase qui mobilisera 290 millions dollars verra la construction d’un deuxième quai de 410 mètres et le dragage supplémentaire du chenal marin. Sa mise en service permettra de traiter des navires de 400 mètres de long. De nouvelles liaisons routières et ferroviaires relieront le port au réseau de transport régional. La Direction du Port autonome de Dakar estime que 400 emplois supplémentaires seront créés lors du déménagement du port actuel. La construction proprement dite devrait générer quelque 3000 emplois.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.