Lutte contre les feux de brousse : les autorités dévoilent la stratégie en coordination avec les mairies, l’Agence de la reforestation et la direction des Eaux et forêts

0

Des pare-feux verts et des projets d’atténuation et d’adaptation au changement climatique constituent des pistes de solutions à la question des feux de brousse, a fait valoir, mardi, Amadou Lamine Guissé, Secrétaire général au ministère de l’Environnement et du Développement durable.

’’C’est un pare-feu que nous allons couvrir avec des haies de plantes dites salanes. Ces plantes résistent au feu et si on jalonne les pare-feux qui seront ouverts, de plantes salanes, cela pourrait éviter les cas de feux de brousse’’ a expliqué, M. Guissé.

L’autre piste de solution soulevée par M. Guissé est un projet qui sera soumis au fonds vert pour le climat (FVC), qui constitue aujourd’hui un levier de financement des programmes de lutte contre les changements climatiques.

’’Nous avons pensé mettre en place, un cadre ne serait-ce que pour une phase test dans le département de Linguère, dans l’optique de proposer un projet qui va éventuellement contribuer dans le cadre de l’atténuation et de l’adaptation’’, a-t-il indiqué.

Les préoccupations des maires, dit-il, ont trait à la mise en place des pare-feux pérennes en y mettant de la latérite. Or, une piste de production coûtant un peu cher, le SG du ministère souligne que les autorités privilégient ’’des pare-feux verts’’.

Il a annoncé la préparation d’un document qui ’’sera soumis à l’appréciation du ministre, et après validation, sera remis au chef de l’Etat. Si le président de la République le valide, il sera porté au Fonds vert pour le climat’’.

Ce travail se fera en collaboration avec les maires, l’Agence de la reforestation, la direction des Eaux et forêts, la DEEC, a-t-il expliqué.

Il assuré qu’une fois ces actions réussies, elles pourront être répliquées dans tous es départements du Sénégal.

Revenant sur les feux de brousse, il a signalé qu’à ce jour, ’’les cas déclarés depuis la fin de l’hivernage sont à 170, sur une superficie de plus de 14 mille hectares brulés’’.

’’Comparés à l’année dernière, nous étions à 19 cas pour une superficie environ de 900 hectares’’, a t-il relevé.

’’Cela démonte à suffisance, l’abondance cette année du tapis herbacé. Nous avons enregistré une très bonne pluviométrie cette année. La conséquence principale est que l’on a un tapis très fourni. Ainsi, nous nous devons de prendre les dispositions pour limiter les cas de feux de brousse’’, a fait savoir Amadou Lamine Guissé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.