LIVRET DU PELERIN

0

Père Marie Jean de CUMOND,

Recteur du Sanctuaire Marial de Poponguine

 

EDITORIAL

 

« Ô MARIE, AIDE-NOUS A DIRE OUI AU SEIGNEUR»

« Bôba, ñawtéf dina yoku, be wañi coofeel ci xol i nit ñu baré». “A cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira” (MT 24,12). Mais celui ou celle qui dira oui au Seigneur jusqu’à la fin sera sauvé (cf. MT 24, 13).

Après l’année prophétique de la Miséricorde divine (2016), notre Pape François, qui lit l’actualité à la lumière de l’Evangile, nous rappelle ce passage du discours de Jésus sur la fin de temps, prononcé à Jérusalem, là où commença sa Passion. Au pied de la Croix, où elle est devenue Mère de l’Eglise, la Vierge Marie s’est souvenue des paroles de son Fils.

Toute bouleversée, Elle avait déjà donné son “fiat”, son “oui”, à Dieu lors de l’Annonciation et des mystères joyeux. Elle a renouvelé son “fiat” lors des mystères lumineux, spécialement en coopérant, aux noces de Cana, au premier signe miraculeux de Jésus; puis en l’accompagnant dans sa vie apostolique jusqu’à l’institution de l’Eucharistie. La Vierge Marie a encore donné son oui à la volonté du Père, qui l’a associée aux mystères de la douloureuse Passion, jusqu’au tombeau. Enfin, la Vierge Marie, la première à croire en la Résurrection, est demeurée fidèle à la grâce de son oui tout au long des mystères glorieux, jusqu’à son Assomption. Oui joyeux, oui lumineux, oui douloureux, oui glorieux. Que la Vierge Marie nous aide a dire oui au Seigneur de la Vérité et de la Vie, et à dire non au Malin, a ses faux prophètes séducteurs et a ses charlatans trompeurs.

Pentecôte 1888 – Pentecôte 2018 à Poponguine : 130 ans de grâce, 130 de péchés! Mais la grâce est plus forte, surtout en cette année où notre Pape François nous donne une nouvelle fête à inscrire dans le calendrier liturgique et à célébrer le Lundi de Pentecôte : Marie Mère de l’Eglise. En cette année aussi où nous allons accueillir l’Assemblée générale de l’Union des femmes catholiques du monde entier, pour contribuer au développement du pays et de la sous-région. Que cela soit pour nous une invitation à relire l’exhortation de nos évêques sur le respect et la promotion du bien commun (cf. Mandement de Carême 2018), respect de la Nature et de la vie humaine, solidarité véritable et service de nos Nations.

 

Neuvaine à Notre Dame de la Délivrande

Ô Marie, Mère de l’Eglise, Notre Dame du Cénacle

apprends-nous à prier en Eglise,

pour découvrir la sainte volonté de Dieu.

Attire sur nous l’Esprit de Pentecôte

qui nous fera discerner le sens de notre vie

et notre mission sur cette Terre.

Ô Marie, Mère des vocations,

apprends-nous à dire oui à l’appel de Dieu,

au mariage ou à la vie consacrée,

au sacerdoce ou au célibat pour le Royaume.

Un oui libre et joyeux,

un oui éclairé et chaleureux,

et même un oui douloureux mais fécond,

qui nous ouvrira les portes du Paradis.

Ô Marie, gardienne de notre foi,

veille sur le prochain synode des évêques et des jeunes.

Marche avec nous à la suite de Jésus

sur le chemin de la Vie éternelle.

Aide-nous à dire oui au Seigneur,

Tous les jours de notre vie.

Amen

1 dizaine de chapelet

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit…

Ô Marie, Mère de l’Eglise, priez pour nous

N-D de la Délivrande, priez pour nous

N-D de Poponguine, priez pour nous

 

MEDITATION DU ROSAIRE

I – CHAPELET DES MYSTERES JOYEUX

  1. L’annonciation de l’ange à la Vierge Marie qu’elle sera la Mère du Sauveur.

Fruit du mystère : répondre à l’appel de Dieu.

  1. La Visitation de la Vierge Marie à sa parente Elisabeth.

Fruit du mystère : la charité fraternelle.

  1. La Nativité de Jésus à Bethléem.

Fruit du mystère : la pauvreté évangélique.

  1. La présentation de Jésus au Temple de Jérusalem et la purification de Marie

Fruit du mystère : l’obéissance à la loi divine et la pureté.

  1. Le pèlerinage de Jésus à Jérusalem.

Fruit du mystère : la recherche de Dieu et de sa volonté.

II – CHAPELET DES MYSTERES LUMINEUX

  1. Le Baptême de Jésus dans le Jourdain.

Fruit du mystère : la grâce d’être enfant de Dieu.

  1. Les Noces de Cana

Fruit du mystère : la grâce du mariage (sacramentel ou spirituel).

  1. L’annonce du Royaume

Fruit du mystère : la conversion des pécheurs.

  1. La Transfiguration sur la Montagne.

Fruit du mystère : la grâce de la contemplation (voir Dieu et tout regarder dans sa lumière).

  1. L’institution de l’Eucharistie.

Fruit du mystère : la divinisation (devenir Dieu dans la vie éternelle).

III – CHAPELET DES MYSTERES DOULOUREUX

  1. L’agonie de Jésus au jardin des Oliviers.

Fruit du mystère : le regret de nos péchés.

  1. La flagellation et le couronnement d’épines.

Fruit du mystère : la maitrise des sensations et la mort de l’orgueil.

  1. Le portement de la Croix.

Fruit du mystère : la patience dans les épreuves.

  1. Le crucifiement, la mort du Christ sur la Croix.

Fruit du mystère : le don de notre vie pour le salut du monde.

  1. La mise au tombeau.

Fruit du mystère : l’attente de la Résurrection dans la nuit de la foi.

IV – CHAPELET DES MYSTERES GLORIEUX

  1. La Résurrection au matin de Pâques.

Fruit du mystère : la Foi.

  1. L’Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ.

Fruit du mystère : l’Espérance.

  1. La Pentecôte, l’effusion de l’Esprit Saint.

Fruit du mystère : la Charité et les dons du Saint Esprit.

  1. L’Assomption de la Vierge Marie.

Fruit du mystère : la grâce d’une bonne mort et le désir du ciel.

  1. Le couronnement de la Vierge Marie.

Fruit du mystère : la confiance totale en sa protection.

 

PRESENTATION DU PELERINAGE MARIAL NATIONAL DE NOTRE DAME DE POPONGUINE

Le territoire du sanctuaire s’étend sur 30 ha à l’intérieur de la « Cité mariale » de Poponguine, élevée au rang de « Cité religieuse » nationale en 2015 par le Président de la République (qui y possède une résidence secondaire). L’église paroissiale a été élevée à la dignité de « Basilique Mineure » par le Pape Jean Paul II le 23 Novembre 1991, peu avant sa visite historique du 21 Février 1992. Ce jour, il célébra la Messe dans le nouveau sanctuaire de plein air.

  • Historique

Juin 1885 : le Père Joseph STRUB, spiritain, envoyé par Monseigneur RIEHL, visite le village de Poponguine : « Fof nguén » en sérère safen qui signifie « venir se cacher », après la guerre dans la région voisine du Jobasse ; ou «  Bopp jinn » en ouolof qui signifie « Tête du génie », génie qui se nomme Coumba Cuupaam et qui régnait au Cap de Naze.

29 Décembre 1887 : Monseigneur PICARDA et les Pères spiritains se rendent à pied de Guéreo, village voisin où ils viennent de célébrer les 29 premiers baptêmes à Poponguine : « Quel magnifique site pour un Sanctuaire à la Vierge » s’écrie l’Evêque. Il connaissait le Sanctuaire de la Vierge Noire de Notre Dame de la Délivrande en France au Diocèse de Bayeux-Lisieux (en Normandie, datant du 3eme siècle, au lieu-dit en langue celte « Dell’ Yv-rande » qui devint « Délivrande »). La première chapelle de la Délivrande, dédiée à la Sainte Vierge, aurait été érigée sur un lieu de culte païen, par un évêque. C’est aussi un évêque qui érigea l’église N-D de la Délivrande à Poponguine, prés d’un lieu de culte païen : « Coumba Cuupaam » n’a-t-elle pas été invitée à s’incliner devant la Reine du Ciel et la Terre ?

Avant de venir au Sénégal, il avait été missionnaire aux Antilles, en Martinique, où est honorée la même Vierge (au Morne Rouge).

15 Mai 1888 : Lettre de Mgr PICARDA annonçant le premier pèlerinage : « Nous offrirons … à DIEU et à la Sainte Vierge des supplications pour la conversion des païens qui nous entourent, et spécialement celle des Sérères Nones …»

22 mai 1988 : Mardi de Pentecôte : inauguration du Pèlerinage avec la bénédiction de la statue de Notre Dame de la Délivrande nouvellement arrivée de France. Baptême des 38 premiers chrétiens, dont les parents du futur Cardinal Hyacinthe THIANDOUM, François Fari THIANDOUM et Anna Ndiémé Alassane SENE, fille de l’imam du village.

1891 : Installation des Filles du Saint Cœur de Marie (FSCM, 1ere congrégation autochtone d’Afrique Noire).

1902 : Les Sœurs de l’Immaculée Conception remplacent les FSCM

Décembre 1930 : Ouverture du séminaire par Mgr GRIMAULT

1951 : Implantation du postulat et du noviciat des FSCM, « gardiennes du sanctuaire ».

18 Avril 1960 : Ordination sacerdotale de l’Abbé André SENE par Mgr Marcel LEFEBVRE.

3 Juin 1963 : Consécration solennelle du Sénégal et de la Gambie à Notre Dame de Poponguine par les Evêques du pays entourant Mgr Jean Baptiste MAURY, Internonce apostolique, en présence de Son Excellence Léopold Sédar SENGHOR, Président de la République et Madame.

1981 : Inauguration de la Marche-Pèlerinage des jeunes par le Colonel Pierre FAYE (17200 marcheurs en 2016).

1986 : Arrivée des frères de Saint Jean, accueilli, par le Père Louis Carron et le frère Louis Sané

21 Février 1992 : Visite pastorale de S. Jean Paul II : « Le peuple de Dieu du Sénégal a invité ici à Poponguine la Mère de Jésus et Marie a accepté l’invitation ». La vocation du Sénégal, selon lui est de faire le trait d’union entre l’Afrique blanche et l’Afrique noire, et d’être artisan du dialogue islamo-chrétien (la Vierge Marie, seule femme nommée dans le Coran, est priée par nombre de musulmans).

Notre Dame de la Délivrande ne nous a-t-elle pas délivrés du « triangle de l’esclavage » (Europe, Afrique, Amériques) en réalisant le « triangle de la grâce » et de la liberté des enfants de Dieu (Douvres-la-Délivrande en Normandie, le Morne Rouge en Martinique, Poponguine aux portes de Gorée) ?

  • Ce que les pasteurs attendent de ce Pèlerinage marial
  • Le rassemblement du Peuple de DIEU en Eglise-Famille, dans la catholicité de la foi.
  • La grâce de la confession et de la réconciliation
  • Un élan pour l’évangélisation du pays et de la sous-région
  • Ce que les fidèles viennent chercher au Sanctuaire marial
  • Une rencontre avec le Seigneur et la Vierge Marie et le ressourcement de leur foi
  • La santé de l’âme et du corps
  • La paix dans les familles
  • Avenir

La présence de l’autoroute Dakar-Mbour, du nouvel Aéroport International de Diass et du nouveau Port de Ndayane sur la paroisse de Poponguine contribuent au développement de la commune de Poponguine-Ndayane (15000 habitants), et en particulier du Sanctuaire marial (15000 places assises couvertes actuellement et 15000 places debout) : un nouveau Sanctuaire de 65000 places assises et de nouvelles infrastructures d’accueil sont prévues. La Réserve Naturelle Nationale de Poponguine, au bord de l’océan, attire pèlerins et touristes. Tout cela demande l’organisation du tourisme, spécialement le tourisme religieux.

Nous confions à la Providence le développement des relations entre les Croyants et la construction de la Paix sous le regard de la Vierge Marie Reine du Ciel et de la Terre. 

LE PARCOURS DU PELERIN

 

C’est à la suite du Christ qui est « la Voie, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6) et de la Vierge Marie «Porte du Ciel » que nous cheminons vers le Père. Le but de notre pèlerinage est de laisser le monde du péché et de la mort derrière nous pour entrer en communion avec Dieu, chaque année davantage, jusqu’à la rencontre finale face à face, au terme de notre vie sur cette terre. Ce passage du péché à la grâce, de la mort à la vie, a été symbolisé par le passage de la Porte sainte de la miséricorde. Cinq (5) étapes nous sont proposées :

 

  • LA CONFESSION, SACREMEENT DE LA MISERICORDE

 « Père, j’ai péché contre le Ciel et contre Toi » (Lc 15,21).

Reconnaissons humblement que nous sommes pécheurs. Nous avons péché contre Dieu et contre notre prochain, contre la communauté chrétienne et contre la nature, contre nous- mêmes… ouvrons notre cœur à un ministre de la réconciliation, c’est-à-dire à un serviteur de la miséricorde, un prêtre, en nous rappelant les paroles de Jésus au soir de Pâques, lorsqu’il souffla sur ses disciples : «Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis… » (Jn 20,23).

La confession affine notre conscience, nous redonne vie et force pour le combat spirituel, apaise notre cœur et anticipe le jour du Jugement. Elle nous permet de vivre en paix avec Dieu, avec nos frères et sœurs et avec nous-mêmes. Elle nous prépare au « Grand Voyage », au grand pèlerinage final.

  • LA MESSE, SOURCE DE LA MISERICORDE

« Ayant aimé les siens, il les aima jusqu’à la fin » (Jn12,1)

A la Croix, Jésus a donné sa vie pour nous sauver et rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. Pour étendre le don de sa vie à tous les lieux et à tous les temps, il a institué l’Eucharistie, cœur de l’Eglise et source de la miséricorde. Pour être en communion avec Jésus en vérité, soyons en communion avec nos frères et sœurs et soyons prêts à leurs donner notre temps, notre amitié, notre vie pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Dix (10) messes sont célébrées entre le samedi, veille de la Pentecôte et le mardi suivant, à la Basilique, au Sanctuaire et à la Grotte.

  • L’ADORATION, REPONSE A LA MISERICORDE

« Le Père recherche des adorateurs en esprit et en vérité » (cf. Jn 4,23).

Par l’adoration, nous remontons à la source de notre être et notre vie : notre Créateur et notre Père. Quand nous adorons le Christ, nous reconnaissons sa divinité de Fils de Dieu. Quand nous adorons le Saint Sacrement de l’Eucharistie, nous reconnaissons la présence divine de Jésus qui se donne à nous et nous transforme en lui. La « Tente de la Rencontre » de Dieu avec l’homme (cf. Ex 33,7-11 : la Tente de la Rencontre de Dieu avec Moïse et le Peuple) est un lieu privilégié pour se confier à Jésus-Eucharistie, cœur à cœur, pour l’écouter, pour lui rendre grâce, dans le silence de l’adoration ou les chants de louange.

  • LE CHAPELET, MEDITATION DES MYSTERES DE LA MISERICORDE

 «  Marie conservait avec soin toutes ces choses, les méditant dans son cœur » (Lc 2,19).

Le chapelet est le résumé de l’Evangile : les principales étapes de la vie de Jésus et de Marie sont proposées à notre méditation aimante. Prenons la main de la Vierge Marie, qui nous accompagne tout au long des mystères du Rosaire qu’elle a vécu avec son Fils Jésus. Demandons-lui de nous apprendre à vivre les mystères de joie, de lumière, de la douloureuse Passion et de la Gloire. A Poponguine, on privilégie la méditation du Rosaire à la Grotte et à la Basilique. Mais sa présence maternelle est partout.

 

  • LES RENCONTRES FRATERNELLES, ŒUVRES DE LA MISERICORDE

 « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière » (1 Jn 2,10)

Le pèlerinage est une démarche personnelle mais aussi communautaire. Les joies et les peines partagées dans la Foi, l’Espérance et la Charité approfondissent la communion entre nous et construisent l’Eglise, « tissu de relations personnelles ». Saluons les pèlerins que la Providence met sur notre chemin, élargissons le cercle de nos connaissances et de nos amis, dans la prière, le partage des repas et les services fraternels.

Que Marie nous aide à dire oui au Seigneur et à nos frères et sœurs !

La confession, la communion, l’adoration, la prière du chapelet spécialement aux intentions de notre Pape François et de l’Eglise et les œuvres de miséricorde sont les conditions requises pour franchir fructueusement la Porte sainte de la Miséricorde de la Basilique Notre Dame de la Délivrande, ouverte encore aujourd’hui.

 

Fr Marie Jean de CUMOND

Recteur du Sanctuaire marial

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.