L’éducation des enfants au Sénégal (Par Dr Aminata Sarr Malick)

0

L’école sénégalaise vit une crise comportementale et des valeurs institutionnelles. Pour exalter leurs joies devant les vacances de fin d’année, les benjamins du college de Hann s’exaltent négativement en déchirant leurs cahiers en mettant à terre des cahiers, symbole du sacrifice de leurs parents qui ont consentis à leur éducation et des enseignants rompus à la tâche qui toute l’année ont donné de leur temps, de leur passion dans la transmission du savoir aux pupilles de la Nation.

Les responsabilités sont sans doute partagées. De la tenue maladroite de certains enseignants au laxisme des parents négligeant au passage l’éducation de leurs enfants, lesquels sont plus soucieux de la recherche du gain en ces temps rendus difficiles par la crise économique et l’indifférence par l’Etat du Sénégal de notre système éducatif, en passant donc par l’échec de l’Etat.

Je me rappelle les cours d’éducation civique qui ont été des espaces de formation disciplinaire au respect de chaque corps de la patrie, de ses valeurs et de ses piliers. Pour réussir chers benjamins, la rigueur, la discipline, le travail et le respect des aînés et des enseignants. Nous n’avons jamais osé regarder de travers un enseignant encore moins oser lui manquer de respect, ni essayer de lui arracher un micro, encore moins séquestrer des enseignants. Mais nous ne saurions vous blâmer seuls. Car d’aucuns soulignent que c’est le résultat du théâtre de boulevard joué par nos autorités, à l’image des représentants du peuple qui ont transformé l’hémicycle en un marché public à futilités. C’est la cacophonie généralisée où personne n’écoute personne. Les benjamins ne sont-ils pas à l’image de leurs aînés ?

Toutefois, nous étions plus éduqués que cela.
Si les cours précités ne sont plus de mise, ils doivent être restaurés. Éduquer, former et mettre sur les rails doit être le sacerdoce de tout un chacun. L’école, le ring de boxe de la sagesse. C’est cet héritage que nous devrions laisser à notre pays.

Dr Aminata Sarr Malick

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.