Gestion améliorée des pêches : le projet « Dekkal Geej » forme les acteurs de la pêche…

0

Le projet « Dekkal Geej » a organisé lundi à Potou (Louga) un atelier de formation à l’intention des acteurs de la pêche avec l’objectif de favoriser une gestion améliorée des pêches au niveau de la Grande-côte nord du Sénégal.  Le renforcement de capacité institutionnelle de cogestion décentralisée des pêches à tous les niveaux de gouvernance est l’un des principaux résultats attendus du projet « Feed the future, Dekkal Geej », une initiative du programme de conservation de la biodiversité de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).  Selon un document remis à la presse par les organisateurs de l’atelier, l’Etat du Sénégal a créé en 2008 les conseils locaux de pêche artisanale (CLPA) pour une gestion concertée et durable des ressources halieutiques.

Cette cogestion a impliqué l’intervention d’acteurs à des niveaux différents, ce qui a engendré un chevauchement des compétences, relèvent-ils.  Pour corriger cela, explique le document, le projet a inscrit dans son programme l’organisation de formations au niveau de la Petite-côte, de la Grande-côte nord et de la Casamance afin d’améliorer les capacités des acteurs à tous les niveaux de gouvernance dans la cogestion, la décentralisation et la déconcentration. C’est dans ce cadre qu’est organisé l’atelier qui va permettre aux acteurs de connaître les concepts de cogestion, de décentralisation, les rôles et responsabilités des acteurs impliqués et les mécanismes de partage du pouvoir dans la gestion durable des ressources halieutiques.  

« Tant que la cogestion ne sera pas réelle, il nous manquera beaucoup de choses dans la pêche artisanale. Et nous voulons, qu’avant la fin du projet, tous les acteurs, surtout dans les zones où il intervient, soient impliqués davantage dans la gestion durable de la ressource, renforcer les capacités managériales et décisionnelles pour que la cogestion soit une réalité », a expliqué le point focal du réseau national des CPLA, Yayou Bayame Diouf.  Selon Mme Diouf, le projet a déjà tenu ce genre d’activité sur l’axe Kaolack-Fatick-Ziguinchor. « C’est cela la décentralisation et tant que nos programmes n’appliquent pas cette décentralisation, les décisions vont se prendre lentement, et cela va impacter sur notre rôle d’acteurs à la base », a-t-elle soutenu. « Louga fait partie de la Grande-côte Nord et nous passons par les CLPA pour appuyer les acteurs à partir des initiatives locales de développement », a déclaré le chargé de programme cogestion et pêche dans le contexte de décentralisation, Assane Thiam. Le projet « Dekkal Geej », d’une durée de 5 ans, est financé par l’USAID, pour plus de 15 millions de dollars et est mis en œuvre par Winrock International et ses partenaires stratégiques REPAO, Viamo et Opportunity International.  Son objectif global est d’améliorer la gestion durable des pêches en vue d’une biodiversité et d’une résilience des communautés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.