Emigration clandestine : encore des victimes…

0

Le phénomène de l’émigration clandestine est toujours d’actualité en cette période marquée par la pandémie du coronavirus. Cinquante-quatre (54) personnes qui tentaient de rejoindre les îles Canaries, ont dérivé pendant presque deux semaines dans l’Océan Atlantique avant d’échouer sur les côtes mauritaniennes. Parmi elles, seules sept (7) ont survécu.

Parmi les migrants, il y a 17 femmes et cinq enfants, informe Helena Maleno, fondatrice de l’Ong Caminando Fronteras. Selon Libération, c’est le jeudi 3 août qu’ils ont pris leur départ de Laâyoune, dans la région du Sahara Occidental à bord d’un canot pneumatique.

Après 13 jours de dérive, dix personnes sur les 54 avaient survécu malgré l’épuisement des réserves d’eau et nourriture. Lorsque le canot a fini par échouer sur les côtes mauritaniennes, trois sont décédées, certainement à cause de la fatigue et de la faim. 
Selon la même source, les survivants se sont pas encore sortis de l’auberge.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.