Dermatoses chez les pêcheurs dans la région de Thiès : Ndayane enregistre le plus grand nombre de cas…

0

La région de Thiès, qui a une importante frange maritime, a enregistré 507 cas de la maladie mystérieuse décelée chez des pêcheurs. Les cas sont répertoriés entre Ndayane, Joal et Mbour. Ces chiffres ont été révélés hier au cours d’une réunion regroupant le médecin-chef de région et l’ensemble des médecins chefs de districts de la région pour partager un document relatif à la présentation de la maladie au niveau de la région de Thiès.

« Pour la région, nous avons un total de 507 cas à l’heure actuelle qui sont répartis entre les localités de Mbour, Joal, Ndayane, Popenguine, Cayar, Fass boye. Nous avons instruit le préfet du département de Mbour de mener une concertation avec les acteurs pour les sensibiliser sur une mesure qu’il doit essayer de prendre. Il s’agit de la suspension provisoire de 10 à 15 jours des activités de pêche à Joal« , a déclaré Oumar Ndiaye, l’adjoint au gouverneur de région chargé du développement.

D’après le médecin-chef de région, le docteur Malick Ndiaye, « le plus grand nombre de cas se trouve à Ndayane avec quelques 300 cas, Joal 104 cas et Mbour 30 cas« . Selon toujours le Dr Malick Ndiaye, « depuis que la maladie est apparue, les pêcheurs qui avaient l’habitude de pêcher dans les zones où les pêcheurs ont contracté la maladie, ont rallié la zone côtière de Joal« . C’est fort de ce constat que, dit-il, le gouverneur a demandé aux chefs de service de la pêche et de l’environnement de revoir la nature du filet incriminé. « C’est un type de filet qui serait à l’origine de cette maladie. Parce que les autres types de filet utilisés par les pêcheurs n’ont pas entraîné de maladie. Le type de filet incriminé a été interdit dans la zone de Mbour et depuis qu’il a été interdit, nos services n’ont plus recensé de cas« , a révélé le médecin chef de région, ajoutant que « c’est dans la zone de Joal où le préfet a dit qu’il n’a pas été interdit que nous avons continué à recenser des cas » souligne le docteur Ndiaye dans les colonnes du Témoin.

À Thiès où tous les malades sont traités gratuitement par le ministère de la Santé et de l’Action sociale, il ne reste que 30 sous traitement. Les autres sont tous guéris…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.