Quelles solutions pour la relance du Cybercase de Popenguine ?

0

Des machines couvertes par la poussière, un espace qui ressemble à une zone abandonnée, un bâtiment devenu lieu de regroupement des chèvres, moutons et porcs… le Cybercase de Popenguine est aujourd’hui dans une situation alarmante.
Inauguré en juin 2011 par le Président Abdoulaye Wade, l’initiative a été prise dans le cadre d’un programme pour promouvoir les Techniques de l’Information et de la Communication (TIC) au service du développement local avec une démocratisation au profit des populations, notamment celles en zones rurales et urbaines défavorisées.

Ce projet était considéré comme un laboratoire expérimental devant permettre à l’Etat de lancer en test des projets TIC ayant pour objectif d’améliorer le quotidien des Sénégalais en zone défavorisée en se basant sur leurs activités économiques et sanitaires locales.

Construit sur 2000 m2 de surface, le « CyberCase » présente :

1. Une composante Cyber santé :

offrant aux populations locales et environnantes des services de télémédecine de qualité avec des professeurs de haut niveau, spécialistes du grand hôpital de FANN. Les consultations tournent entre autres autours de : l’électrocardiogramme, les tests sanguins (malaria, vih sida…),
l’électro encéphalogramme, le SPO2, la Spirométrie, l’oxymétrie, l’échographie, l’acuité visuelle, l’audiométrie, la dermatologie…, qui sont difficilement accessibles à cause de l’insuffisance des ressources humaines. Les consultations sont faites à distance par le biais de valises télé médicales manipulées par des jeunes et des femmes formés à cet effet.

2. Une composante cyber formation :

offrant aux populations des formations théoriques et pratiques à distance sur une plateforme « e.learning » inter active sonorisée en langues
française, arabe et wolof (langue nationale). Des formations gratuites sont dispensées en informatique et sur des techniques de modernisation des activités économiques des femmes et des jeunes en zone rurale
(agriculture, transformation de produits agricoles en rapport avec des institutions spécialisées de l’Etat).

3. Une composante cyber banque communautaire :

qui leur permet, à partir de cartes à puces électroniques, d’effectuer des retraits, des dépôts ou des achats dans n’importe quelle boutique agréée par le cyber case de la localité. Ce service leur permet également d’accéder facilement à des micro crédits pour financer de micro projets porteurs. La carte à puce électronique délivrée par le cyber case sous le nom de « carte bleue » permet également à son usager de bénéficier des services de télésanté et de « e.learning » tout en stockant leurs informations médicales sur la carte.

4. Une composante cyber multimédias : présentant une salle Internet, une radio communautaire et des services de démarches administratives en ligne (pour créer une entreprise, chercher un extrait de naissance, une carte d’identité, s’inscrire à l’université ou pour une demande de bourses etc. Cette composante assure également les travaux de reprographie, d’infographie et de vidéographie pour les besoins locaux.

Poponguine Info donnera prochainement la parole aux différentes personnes concernées par le projet pour une relance de ses activités au profit de la jeunesse de la commune de la commune Popenguine – Ndayane et du Sénégal en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.